Facebook You Tube Twitter
Navigation

Me traquer sur le Facebook

Publicité

Billets récents

Inscris-toi à ma liste d'envois

Mat St Onge.com V 2.0
Mise-à-jour: 21.12.2014

Plan du site

Douze tounes hivernales incontournables

Mathieu St-Onge
8 Décembre 2013

Tout d'abord, notre Plume national. 

 

Ce hit de Mononc Serge m'aide depuis 2006 à traverser le temps des fêtes sans trop de dommages mentaux. 

 

Toujours un hit dans les partys de Noël quand tout le monde est sul digestif. C'est une chanson à répondre qui raconte l'histoire d'un gars qui va chier dans une bécosse à moins 40

 

Cette reprise de Baby it's cold outside de Otarie m'a toujours fait rire, mais là avec la dénonciation récente de la culture du viol je ne sais plus si c'est encore drôle. Le gars insiste beaucoup même si la fille lui a dit "non". Ok ma yeule. 

 

Quand le vent d'hiver te fouette la face, t'enlèves ton foulard pis tu hurles du bon vieux Overbass.

 

Meilleur concept de Noël depuis longtemps. Dan Foley fredonne Noël. On n'a plus entendu parler de lui depuis. 
Voici un extrait et un lien vers le disque au complet. C'est difficile à toffer. 

//www.fredonneur.com/?page_id=2


Ma mère aimait imiter Dominique MIchel quand elle chigne son fameux J'HAAAAAaaaaa_____GGGGGUUUUUIIIIIIIIIII L'HIIIIIVER!!!


Mes parents, toujours eux, dans la plus pure tradition judéo-chrétienne, adoraient me culpabiliser avec «Triste Noël, ce succès du p'tit Simard. Cliquez sur la photo pour écouter directement sur Youtube. 




On poursuit dans le emo. Se coucher en tas, greloter, pis souhaiter du mal au monde entier en écoutant ça. If you should die, die in winter, If you should die, die in winter, If you should die, die in winter, If you should die, die in winter, If you should die, If you should die, die in winter, Die in winter, die in winter. 

 

Dur à crère, mais j'alterne des fois entre du Wumpscut pis du Tricot Machine. Emo un jour emo toujours, le premier single du duo/couple me donne les larmes aux yeux. 

 

J'ai pas trop le choix de mettre cette complainte des Cowboys Fringants dans mes classiques de frette, même si tout le monde la connaît. Elle jouait deux fois par shift quand je travaillais au Couche-Tard coin Van Horne/Côte-des-Neiges en 2003. Une toune de misère, d'échec, de grosse marde, que j'ai associée avec le flop de Couche-Tard qui avait installé des distributrices de boissons énergisantes maison GZZIITTT!! (qui se rappelle de ça honnêtement? Y'avait des ptites grenailles de feuille de thé en suspension c'était dégueulasse). Ça me fait aussi penser aux dernières bouteilles de Pepsi bleu qu'on a pas réussi à écouler pis aux wannabe gangster qui essayaient de me passer des faux vingt piasses pour aller se payer de la freebase. 

 

 

Pis finalement, tu peux résister à n'importe quel froid mortel, même si t'es torse nu, tant qui a du Immortal qui fait rage

Commentaires