Facebook You Tube Twitter
Navigation

Me traquer sur le Facebook

Publicité

Billets récents

Inscris-toi à ma liste d'envois

Mat St Onge.com V 2.0
Mise-à-jour: 21.12.2014

Plan du site

Mes meilleures bières de microbrasserie québécoises

Mathieu St-Onge
19 Mars 2015

Depuis quelques années, les bières de microbrasseries se sont raffinées et diversifiées. Les brasseurs québécois sont devenus des leaders mondiaux pour la qualité de leur bière artisanale et on se doit de leur lever fièrement notre chope, par respect pour leur travail minutieux et inspiré! L'autre jour, au dépanneur Populaire, coin Ontario et Davidson dans Hochelaga, j'ai convaincu un vieux monsieur déjà intoxiqué de changer sa 450 ml d'imbuvable Pabst Blue Ribbon à 4,9% d'alcool pour une 341 ml de Péché Mortel au café à 9,5%, à peine plus chère! Quand il est question de bière, je prosélyte activement pour ma patrie.

Mieux on boit, moins on tolère la bibine. C'est peut-être l'âge, mais la bière industrielle me fait pu. Sachez que des ingrédients sont cachés par les grandes marques: l'ajout de sucre, de sirop de maïs ou de colorant sont des pratiques courantes pour produire du liquide uniforme rapidement et en grande quantité, mais ils ne sont pas tenu de l'écrire sur leurs produits. Je serais prêt à parier que pour les buveurs de bière cheap, le mal de ventre se pointe même quand l'excès n'y est pas. Laissez les Carling, Carlsberg et autre cochonneries traîner dans les réfrigérateurs, ce sont des produits impropres à la consommation qui méritent de disparaître. Optez plutôt pour des créations authentiques du Québec. 

Après avoir dégusté une grande variété de ce que nous offre nos microbrasseries, je suis tombé plus profondément dans le bière-jeu en choisissant les éditions limitées, puis j'ai commencé à collectionner certaines bouteilles pour les faire vieillir afin de les décapsuler des mois plus tard, et même dans un an ou deux. J'ai donc pensé vous faire part de mes découvertes, de façon plutôt subjective, car je ne suis qu'un amateur, loin d'être sommelier de bière, je ne sais pas encore différencier au goût les types de houblons et je n'ai jamais observé le travail des brasseurs en action. Mais qui sait, peut-être qu'un jour je brasserai ma propre bière! J'imagine déjà les titres inspirés de mes vidéos et personnages: La Death de Drogue (une bière hivernale) La Caporal Torrieu (double IPA, amère et forte) et évidemment la Coucoune (une stout au cacafé)   

Rituel fort apprécié pour apaiser les tensions et sympathiser avec les gens qu'on aime, on ne doit pas trop traîner longtemps chez nos alliés houblonnés! On sait non seulement que l'abus entraîne des problèmes de santé, mais il mine à mon avis l'expérience gustative que nous procure une grande bière. Bon, c'était le petit avis de modération incontournable que tous les petits écrivailleurs de billets de blog sur la bière émettent pour cacher leur vice, muhaha! 

Sans plus attendre, voici les bières québécoises embouteillées qui ont retenu mon attention au cours des six derniers mois, mon équipe de thérapeutes-étoiles comme j'aime les appeler! Ce palmarès est loin d'être immuable et il est surtout discutable, laissez en commentaire vos suggestions et coups de coeur. 

 

La Blanche Siebenbürgen Weisskirsh de Kruhnen 

Kruhnen est une microbrasserie singulière. J'ai entendu dire que Ovi, le maître-brasseur, opère le tout en solitaire et n'hésite pas à flusher le liquide quand ça n'atteint pas ses critères d’exigences élevés. Ses bières transylvaniennes ont tous la même signature, assez sèches et brassées avec des herbes. Les blanches en général penchent souvent vers des notes d'agrumes, de banane ou de coriandre, mais ici on nous offre tout un spectre équilibré et complexe d'arômes exquis très puissants, elle est à la fois herbacée, minérale et fruitée, tout en gardant le côté rafraîchissant qu'on aime d'une blanche. Définitivement dans le top 3 des bières que j'aime garder au frigo pour toutes les occasions, et particulièrement avec des mets épicés.  

 

La solstice d'été aux cerises de Dieu du Ciel.

L'aventure n'aura duré que quelques semaines, en édition limitée, on espère qu'elle reviendra en bouteille sur les tablettes l'été prochain (je n'ai pas pensé prendre de photos à ce moment-là). C'est la meilleure bière fruitée que j'ai goûtée, simple et rafraîchissante, le goût surette s'est accordée main dans la main avec la cerise. Si vous cherchez par contre une bière surette authentique, allez vers la Gose des Trois-Mousquetaires, le goût salin prononcé vous surprendra la première fois, mais vous l'apprivoiserez rapidement. Pour les amateurs de bière aux fruit,s je vous recommande la Saint-Barnabé Sud aux fraises, du Bilboquet, de la vraie confiture de fraises en bock! 

 

La Pitoune de Trou du Diable, la pilsner qui descend bien

Le titre dit tout, elle est concoctée pour être bue à grande gorgée, toute désignée pour ouvrir une soirée dégustation. Si vous aviez une bière à faire essayer à votre mononcle borné à sa Laurentides, ce serait celle-là, elle devrait pas trop l'effrayer même si elle a plus de corps et que son amertume est un plus prononcée que les pilsner industrielles. 

 

La Jukebox Jazz ambrée, vieillie en fût de chêne 

Toute une révélation ici. Les bières vieillies sont parfois deux fois le prix d'une régulière, mais celle-ci fait joyeusement exception. Elle est à la fois simple, raffinée et équilibrée (je trouve certaines ambrées fades ou trop sucrée, mais ce n'est pas le cas ici). C'est l'accompagnement idéal pour les repas salés, comme les burgers, saucisses et grillades.

Saison du Pinacle Réserve, de Dunham  

«Vieillie en demi-muids de cabernet-sauvignon et barriques de pinot noir avec brettanomyces». Kin toé! Beat that! Les saisons occupent un large spectre gustatif: elles sont à la fois florales et fruitées, mais discrètes, douces, tout en présentant une pointe d'amertume. Leur parfum rappelle parfois la campagne et les boisées humide en automne. Elles possèdent aussi un bon potentiel rafraîchissant et sont assez versatiles pour accompagner plusieurs mets. La Saison du Pinacle Réserve est encore plus accomplie avec le vieillissement en fût de vin. Si vous en voyez encore, garrochez-vous dessus, elles partent vite. Partagez-la avec des amis qui sauront l'apprécier, c'est sans doute parmi les plus grandes bières offertes par nos créateurs québécois. En fait, Dunham est à mon avis chef de file pour les styles saison au Québec. Je viens tout juste de goûter à leur Saison Rouge, goûteuse et chaleureuse, qui vient encore une fois confirmer mon opinion sur cette microbrasserie.
 

La Buteuse brassin spécial de Trou du Diable, vieillit en fût de brandy de pomme 

Bon bon bon ça commence-tu à faire trop fancy là, toutes ces éditions vieillies en barriques de brassins machins? J'ai réussi à mettre la main sur un brassin spécial de Buteuse alors je me gênerai pas, mais de toute façon la version originale est aussi une réussite et elle figure parmi mes incontournables. La Buteuse, c'est la plus adorable traître des traître. Cette chaleureuse triple sauvage se boit comme un charme, mais attention, elle cache bien son 10% d'alcool. J'ai toujours quelques scrupules à tenter de cerner les arômes et les garrocher publiquement, mais j'y vais: en plus du malt, on note des pointes de vanille, la pêche et les fruits séchées. Wouhou party dans yeule! La dernière fois où j'en ai bu, c'était dans une pizzeria de Hochelag où on pouvait apporter notre alcool, y'était tard, on venait de finir de travailler, on avait faim pis... ben câline qu'a l'a ben rentrée! La Leffe vous paraîtra bien ordinaire à côté de ce géant de bière! 

 

La IPA Leo's Early Breakfest de Dunham

Tout le monde capote IPA. Belle Gueule, Rickards, Alex Keith. «On a notre houblonnée nous aussi!»  Tournez-vous plutôt vers les petits producteurs, ces dernières n'en sont que de pâles imitations. Le choix est vaste:  La Yakima de la microbrasserie Le Castor en a charmé plus d'un cette année et je me suis aussi délecté de la Brett Session de Pit Caribou et de son équivalent double, l'IPA de la Sorcière. Mais, qui trône tout en haut? Oh oui!  La Leo's Early Breakfest de Dunham, brassée avec du thé Earl Grey et de la papaye. Moins sucrée et moins amère que la moyenne des IPA, elle n'insiste pas trop sur les arômes d'agrume, son goût est unique, explosif et soyeux, et tout amateur de bonne bière se doit de l'essayer. 

Je me suis procuré cette édition vieillie en fût de Pinot Noir. Cette fois-ci le goût de liège et de vin prend le dessus, sa mousse est parfaite et l'équilibre des arômes est toujours présent. À boire en bonne compagnie, tranquille. Environ 10$ la petite bouteille. Un peu cher pour une seule bière me diras-tu, mais prends le temps de comparer: un cover et une estie de Coors light dans un club va te revenir le même prix, pis en plus tu vas être pogné pour endurer du reggaeton de marde tassé sur la plèbe qui suinte, au lieu d'être dans la sérénité de ton chez-soi. Par expérience, plus le beat est fort et mauvais, plus j'ai le goût de caler mon verre de pisse et sacrer mon camp. Un frisson de dégoût vient de me traverser le corps juste à y penser. Sérieux, fuck sortir! Mais je fais pu ça. Je veux dire boire de la pisse.  ( j'aime ça aller danser, pis suinter des orifices, des fois). 

Hey scusez on s'éloigne, j'ai de la jasette à soir. Ok je vous présente sans plus tarder une des plus belles nouveautés de 2015...

La Oud Bruin de Trois-Mousquetaires. 

Une bière brune acidulée, une première au Québec!

C'est toute

M'a pas m'éterniser avec une anecdote ou essayer de vous décrire le goût.

Essayez-la, simplement, elle est unique au Québec. 

On enchaîne.

La Lumber Jack / Gros Mollet vieillie en fût de Jack Daniels 

Je n'ai pas encore goûté la version de base pour comparer, mais cette brune forte vieillie m'a jeté su'l cul. On m'a suggéré de la faire patienter parce qu'elle n'était pas prête au moment de sa mise en vente. Je l'ai laissée traînée trois mois dans le noir sur le plancher ben frette de mon atelier avant de la décapsuler et ça a valu la peine, les sucres et le goût d'alcool ont laissé place davantage à l'arôme de whiskey. Cette fois-là c'était une belle soirée: musique des Legendary Pink Dots dans le prelat, travail créatif acharné, bière d'exception, et surtout, la sainte-paix avec un bon ami de longue date. J'ai toujours trouvé qu'une bonne ambiance décuplait l'expérience gustative. Et je soulignerais, pour continuer les charges contre la bière industrielle, que le travail créatif de qualité ne rime pas avec l'ingestion de Colt 45 (désolé Afroman). 

Je devrais ensuite sélectionner en bonne et due forme un vin d'orge préféré, j'en ai dégusté des bons, mais je n'ai pas encore arrêté mon choix. À noter que je n'ai pas encore goûté à la 25 ans du Bilboquet, que je laisse patienter quelques mois. Je n'ai pas trouvé non plus le moment idéal cet hiver pour en savourer, c'est-à-dire devant un feu de bois. Invitez-moi donc si vous avez un foyer ou un chalet, je fournirai la bière et j'éditerai peut-être ce billet après la dégustation! 

Parlant de feu, aimez-vous les bières fumées? La première fois où j'en ai goûté une, je n'ai pas trop apprécié. J'ai voulu toutefois renouveler l'expérience et on m'a dit que pour la vivre pleinement, je devais essayer l'Ode aux Malts Fumées de Simple Malt, la plus intense côté fumée. J'étais très sceptique, mais j'ai été agréablement surpris. Elle est fortement caramélisée, riche...on décrit ses arômes comme étant similaires à un cigare cubain! Elle fait maintenant partie de mes meilleures amies pour les soirées d'écriture inspirées. Les bières plus légères style lager fumées me plaisent nettement moins que leurs soeurs plus crémeuses. Tout ça est très subjectif et je comprends qu’un vrai expert de la bière irait plus loin qu’un «j’aime ou j’aime pas» et développerait sur les arômes, alors pardonnez-moi ce laxisme inacceptable. Je vais même me punir de ce pas: j'allais m'ouvrir une bière pour continuer l'édition de ce billet avec du houblon plein la bouche, mais à la place je vais boire juste un verre d'eau. Bouhou. 

On arrive enfin à une des catégories les plus appréciée chez les amateurs de bière artisanales: les porter et les stout impériales! Dans un monde meilleur, tous les êtres humains auraient une chance égale de s'enivrer d'Imperial Stout du Québec!  Je vous garroche une couple de mes préférés:

La Porter Baltique de Trois-Mousquetaire: une bière puissante -10,5% -  à laisser vieillir de préférence pour tasser les sucres un brin au profit des arômes de fruits noirs et de bois. Tu bois une gorgée de ça, tu contemples la beauté de la vie, pis après tu prends le temps de réaliser que des bières ben ordinaires comme la Saporo daignent s'affubler du titre de «bière premium». lol. 

La Noire Truculente vieillie en fût de bourbon de Simple Malt: Une autre «bière-dessert» généreuse en saveur, à partager (personnellement je trouve que 500 ml de stout à 10% pour moi tout seul c'est un peu exagéré, j'apprécie moins mes dernières gorgées). On la sirote lentement en mangeant un bon chocolat noir, ou en accompagnement avec de la viande rouge grillée. J'en fais vieillir une jusqu'à l'automne prochain pour dompter les sucres, elle sera peut-être encore meilleure!

Dieu du Ciel excelle particulièrement dans les bières foncées: l'Aphrodisiaque, charmante ale noire à la vanille et cacao, la nouveau porter Chemin de Croix, la féroce saison noire impériale Isseki Nicho, et surtout leur glorieux stout impérial au café Péché Mortel, réputé mondialement. Ils ont aussi un stout impérial traditionnel, la Grande Noirceur, avec l'étiquette grincante représentant un Duplessis Master of Puppets surplombant une église. C'est souvent vers cette bière noire que j'aime revenir. La Stout Impérial Russe de Beau's est comparable, avec des saveurs rôties complexes et riches.  

Permettez-moi, juste avant de vous révéler mon meilleur stout impérial, de namedrop une autre bière horrible: la Labatt bleue à 8,1% d'alcool. Poursuivons.

La best the best à avoir passé dans mon gorgoton...c'est paradoxal, on a tendance à les oublier parce qu'on en voit partout, mais St-Ambroise savent brasser de très bonnes bières. Oui ils ont leur gros vendeurs, comme la fameuse Mc Auslan à saveur d'abricots (qui goûte un peu les vitamines pierrafeu à mon avis, ce qui est pas une mauvaise chose en soi), mais chaque année ils lâchent lousses une petite batch de stout impérial dans des formats individuels. En allant dans un dépanneur ben ordinaire sur Ontario, je suis tombé sur une bouteille vieillie de plus de trois ans! Ben oui toé chose, l'asiatique derrière la caisse a vu mes yeux devenir gros comme la face à Coderre quand j'ai vu l'année sur la boîte et il m'a expliqué que les autres dépanneurs ne les font pas vieillir avant de les vendre, un sacrilège à son avis!



C'est en brainstormant pour un projet artistique que j'ai décapsulé cette petite merveille et les idées passionnantes ont débordé! J'ai acheté quelques exemplaires de l’édition 2014, que je ferai patienter sur les tablettes pour renouveler l'expérience.

Fak ça ressemble à ça! Je n'ai pas inclu dans mon équipe d'étoiles de pale ale, de red ale, de bitter, de stout régulière, de quadrupel, d'IPA noire, de double IPA et j'en passe, mais rien de personnel!  Il y a aussi des brasseurs qui liront peut-être mon article et seront déçus de ne pas voir une de leur joueuse y figurer. Mais y'en a tellement et j'ai encore pleins d'autres bières dont j'aurais aimé vous parler! Ce sera peut-être pour une prochaine fois! 

J'ai aussi pensé faire un palmarès des pires bières de microbrasseries, mais je ne pense pas me targuer d'avoir assez d'expérience en dégustation, ni la réputation pour me le permettre, même si je commence à bien reconnaître les bières de moindre qualité ou les batch moins réussies. Je me suis fait raconter aussi des histoires plus ou moins reluisantes au sujet de certaines microbrasseries. Méfiez-vous des saveurs rajoutées après le brassage et tenez-vous loin des étiquettes avec des dessins très laids. Voilà c'est dit, je n'ai nommé personne :)

Mais hein, la vraie raison pour laquelle je ne nommerai pas nos moins bons brasseurs, c’est que malgré toute ça, ils pourront jamais faire pire qu'une ostie de Budweiser de marde. C'est la morale de ce billet. 

Je décerne également trois étoiles pour des microbrasseries que je n'ai pas nommées précédemment, mais que j'adore, et qui offrent des produits qui sortent de l'ordinaire:


1- À l'abri de la tempête: la bière des îles de la Madeleine, des produits de qualité supérieure qui ont ce petit goût salin en raison des céréales irriguées à l'eau de mer. Ma préférée: la Bot'à Ouelle, leur pilsner impériale. 

2- Brasserie Générale: ils offrent l'excellente bière au Chaga, un champigon dont on vante les vertus bénéfiques et une stout de glace assez unique, brassée avec du jus de cerise. 

3- Glutenberg: Solérone, Myrcène Sotolon.. ils inventent des noms mystiques pour leur création de cette série gastronomiques, toutes uniques, et destinées à faire des accords mets-bières harmonieux. J'ai été charmé par l'édition spéciale du Myrcène à 10% d'alcool, avec lequel j'ai souligné la venue de 2015. 

 

Et pour terminer, mes hommages au Bièrologue et au Frigo de Bacchus, mes deux centres de ravitaillement chez qui j'ai toujours été bien conseillé! 
Et à vous, en espérant vous avoir donné soif! Bonne dégustation! 

Commentaires