Milles Destins Ruminés

Le passé s’est installé comme une tumeur.
Il s’agglutine aux cellules jeunes qui apprennent l’inertie.
Les racines deviennent des drains où s’évacue la possibilité d’une fuite.
Les jours s’écoulent selon les volontés des vieux fantômes,
Au rythme des milles destins ruminés
À ce qui reste des miettes qui remplissent
La gamelle que je pousse, à contrecoeur, aux farfadets enchaînés
Pourquoi cette ration et non la peine de mort?
C’est pour garder la braise
Au cas où je céderais à la tentation
De rigoler encore un brin autour du feu.

54 X 72 pouces, acrylique sur toile
Disponible
Style inspiré des peintures de Sébastien Jean et Robert Saint-Brice